Entretien avec

Entretien avec… Raphaël Texier

Pour cette dernière interview du mois, c’est Raphaël Texier, un artiste dans l’âme et amoureux des livres (brochés 😉)  qui se prête au jeu. Je te remercie beaucoup d’avoir répondu à mes questions. J’en profite pour vous faire savoir que si vous aussi vous souhaitez y participer en juin, il vous suffit de me le faire savoir via le formulaire de contact.

✒️Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

J’ai grandi à Laval et suis bien content que ma vie s’y soit faite. Quelle vie ? Celle de bibliothécaire, qui me laisse un peu de temps pour pratiquer plusieurs arts : le violon, le théâtre… et l’écriture.

✒️Comment es-tu venu(e) à l’écriture ? Pourquoi ?

J’ai toujours aimé imaginer des histoires, en les écrivant ou pas. En les écrivant, j’ai découvert le plaisir de rechercher le style. Mais comment ça m’est venu ? Je ne me l’explique pas… Il est des enfants qui s’amusent à donner des leçons à leurs jouets et qui, plus grands, deviennent enseignants. Pourquoi aiment-ils faire la classe à leurs jouets ? Une passion aussi vieille ne s’explique peut-être pas.

✒️Quels genres aimes-tu lire et écrire ? Pourquoi ?

Essentiellement fantastique et science-fiction, avec un côté thriller. J’ai quelques projets de « vrais » thrillers. La fantasy est chez moi rare : je n’ai qu’un vrai projet, un autre est plutôt un passé alternatif (far west rétro-futuriste). J’ai aussi des projets de BD super-héroïques. Ces genres laissent bien parler l’imagination (créatures, futurs probable ou non) tout en reflétant les travers du monde réel.

✒️Quelles sont tes habitudes d’écriture ?

Ce ne sont pas vraiment des habitudes. Un clavier sous les doigts me suffit. Au travail, quand je n’ai pas de public devant moi, j’en profite pour avancer dans un chapitre. Sans clavier à portée de doigts, je pense à mes projets… ce qui fait gagner du temps pour le moment où arrive le clavier !

✒️Quels obstacles rencontres-tu lorsque tu écris ?

Ce ne sont pas vraiment des habitudes. Un clavier sous les doigts me suffit. Au travail, quand je n’ai pas de public devant moi, j’en profite pour avancer dans un chapitre. Sans clavier à portée de doigts, je pense à mes projets… ce qui fait gagner du temps pour le moment où arrive le clavier !

✒️Quels outils/méthodes utilises-tu pour dépasser ces difficultés ?

La relecture. Plus ou moins loin dans ce que j’ai écrit, jusqu’à ce que je sache vraiment ce qui bloque. Quand j’en ai enfin conscience, je n’hésite pas à effacer plusieurs chapitres si je l’estime nécessaire.

✒️Quand tu écris, es-tu du genre à planifier ou à mettre sur papier à fur et à mesure comme te vient l’histoire ?

Je mets sur papier comme me vient l’histoire. Avant de commencer une histoire, j’ai besoin de ce qu’Alfred Hitchcock appelait le MacGuffin : un élément déclencheur.

✒️As-tu déjà publié des ouvrages ? Si oui, par quel moyen ? (Édition classique ou auto-Édition) Quels sont-ils ?

Je n’ai pas publié à ce jour. L’auto-édition m’a fait peur pendant longtemps : tout faire soi-même me paraissait exiger une solidité de reins exceptionnelle. Mais je me demande finalement si je ne vais pas oser franchir ce pas…

✒️Quels sont tes projets pour la suite ?

Des tas ! J’ai terminé un manuscrit de thriller lovecraftien (espionnage, amnésie et Grands Anciens), je suis sur un mélange d’invasion extra-terrestre et de post-apocalyptique (tout part d’une invasion réussie)… et j’ai plein d’autres idées. J’ai la chance qu’un rien m’inspire.

✒️Voudrais-tu faire de l’écriture ton métier ?

Non. Je veux continuer à écrire à mon rythme et selon mes envies.


Alors, moi je ne sais pas pour vous, mais j’ai bien envie de découvrir ce thriller lovecraftien. 😍 En merci à toi Raphaël, je te souhaite une bonne continuation dans l’écriture de tes ouvrages et t’encourage vivement à tenter l’aventure de la publication (classique ou auto ^^).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *