Entretien avec

Entretien avec… Hélène Darthout

entretien auteur, écrire un livre, écrire un roman, écriture, devenir auteur, écrire une histoire, manuscrit, interview auteur, premier roman

C’est avec un immense plaisir que j’accueille dans cette rubrique Hélène Darthout, une auteure pleine d’amour et de passion pour notre langue maternelle. Je vous propose de faire sa connaissance et de découvrir son premier roman Pour que vive l’été.

✒️Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Hélène Darthout auteure, interview auteur, entretien auteur, interview écrivain, écrivain, auteure, auteurBonjour, je m’appelle Hélène Darthout, je vis dans un charmant village près de Montpellier, j’adore l’Hérault et ses contrastes : au sud l’espace infini de la mer, au nord les rochers érodés, la garrigue, les forêts de pins et de chênes verts, les gorges escarpées.  J’ai étudié puis enseigné le français, tout en animant avec mes élèves un club théâtre. J’ai deux fils de 35 et 27 ans, ma jeunesse est celle du cœur et de l’esprit à défaut de celle du calendrier !

✒️Comment es-tu venu(e) à l’écriture ? Pourquoi ?

Ma passion pour la lecture ne s’est jamais démentie !  Enfant, je lisais tout ce qui me tombait sous la main, des grands classiques de la littérature aux publications pour la jeunesse en passant par les romans policiers…  y compris les « interdits » ! J’avais cette chance qu’il y ait beaucoup de livres de toutes sortes à la maison.  Je me suis naturellement tournée vers les études de Lettres. Et naturellement aussi me suis essayée à l’écriture… Poésie, contes, nouvelles, roman. Pour le plaisir de créer moi aussi et de comprendre le processus de l’intérieur. Je ne cherchais pas à diffuser mon « œuvre ».

Le temps passant, l’idée m’est un jour venue que je n’irais jamais jusqu’au bout d’une création littéraire, et cela m’est apparu comme un manque grave, une lacune, comme si ma vie était incomplète ! Alors j’ai voulu me lancer ce défi de concevoir un roman et de le mener jusqu’à son terme, pour ne rien regretter. C’est ainsi qu’est né « Pour que vive l’été ».

✒️Quels genres aimes-tu lire et écrire ? Pourquoi ?

J’aime lire les thrillers dont l’intrigue est vraisemblable et cohérente, les personnages intéressants, le héros ou l’héroïne intelligent et sensible.  En général, je penche pour les romans réalistes, aux notations justes, qui explorent certains aspects de l’âme humaine, les histoires d’amour subtiles et profondes, les personnages auxquels on peut s’attacher.Ce que j’ai voulu écrire, c’est un roman du genre que j’aimerais lire…  En particulier une histoire d’exploration psychologique  basée sur l’attachement : comment il naît, progresse et s’empare  de quelqu’un jusqu’à la démesure. Pourquoi ? Parce que je suis fascinée par le mystère de ce beau sentiment qui donne du sens à la vie, aide à en affronter les écueils, permet de se dépasser et, comme dans mon roman, répare l’irréparable.

✒️Quels obstacles rencontres-tu lorsque tu écris ?

Le premier obstacle, c’est mon manque d’expérience en ce qui concerne les professions.  Je voulais qu’une de mes héroïnes soit documentariste, et le héros magistrat. Ne connaissant rien à ces métiers, j’ai dû beaucoup me documenter pour être au plus près de la réalité et ne commettre aucune erreur. Ensuite, dans le même ordre d’idée, je tenais à ce que le scénario soit vraisemblable, la psychologie des personnages sans failles, et rester dans les limites de la stricte justesse des situations et des caractères a été un challenge. Enfin, je suis une perfectionniste maniaque, et cet « obstacle » m’a amenée à remanier mille fois mon texte, à chercher longuement les termes adéquats, à n’être jamais satisfaite. Mais je ne regrette pas ces atermoiements, ils sont comme le travail d’un comédien pour mettre au point son rôle…  Il faut répéter jusqu’à l’obsession !

✒️Quels outils/méthodes utilises-tu pour dépasser ces difficultés ?

Je lis énormément pour apprendre le plus de choses possibles concernant les sujets qui seront abordés dans le roman. Ensuite j’interroge ceux qui savent : par exemple mon fils cadet ayant fait des études de réalisation audio-visuelle m’a beaucoup aidée à me familiariser avec la conception d’un film documentaire. Pour me faire une idée exacte du fonctionnement de la Justice,  j’ai assisté pendant trois jours à un procès d’Assises à Montpellier. Puisque mon héros est un sportif invétéré, j’ai suivi les exploits de mon frère sur l’eau, en moto ou dans la salle de squash… Quant au travail sur l’écriture, je me suis beaucoup servie de mon sens critique, ainsi que de mon dictionnaire de synonymes…

✒️Quand tu écris, es-tu du genre à planifier ou à mettre sur papier à fur et à mesure comme te vient l’histoire ?
Je suis du genre à planifier. J’y étais vraiment obligée pour mon histoire, car elle a plusieurs  temps (aujourd’hui, hier, avant-hier)  et deux « voix » qui s’entrecroisent : il fallait une trame solide et de la rigueur. Mais il y a eu place aussi pour l’improvisation, la digression, la liberté.  Je crois qu’un roman doit avoir un socle précis, on doit savoir où on va, du moins pour l’essentiel. Après, ce qui est génial, c’est tout ce qui se dessine qu’on n’avait pas prévu… la fantaisie, l’enrichissement, la densité, et des personnages qui se mettent à exister par eux-mêmes !
✒️As-tu déjà publié des ouvrages ? Si oui, par quel moyen ? (Édition classique ou auto-Édition) Quels sont-ils ?

C’est mon premier ouvrage, publié par une maison d’édition classique.
premier roman, pour que vive l’été, roman, littéraire, littérature, livre, Hélène Darthout

✒️Quels sont tes projets pour la suite ?

J’ai l’impression d’avoir tout donné pour ce livre…  Quand je l’ai tenu dans ma main, senti son poids et éprouvé la douceur de sa couverture, j’ai été pleinement heureuse d’avoir mené à bien ce projet exigeant et passionnant. C’est un aboutissement. S’il se présente un scénario aussi original et inspirant, alors je me lancerai à nouveau dans l’aventure. Je cherche.

✒️Voudrais-tu faire de l’écriture ton métier ?

J’aurais beaucoup aimé. Comme j’aurais beaucoup aimé être comédienne. Mais j’ai manqué d’audace et de confiance en moi. A la place, j’ai joué dans une troupe d’amateurs, animé des clubs de théâtre avec des adolescents, et écrit pour le plaisir… Dans une autre vie, peut-être… ?


Je remercie beaucoup Hélène pour ce moment de partage et vous invite sans plus tarder à aller faire un tour sur sa page Facebook où vous pourrez découvrir un extrait à couper le souffle de son ouvrage Pour que vive l’été publié chez Le Lys Bleu Éditions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *