Écrire

Rendre la mort d’un personnage déchirante

écrire une livre, tuer un personnage, émotions lecteur, émotions des personnages, faire mourir un personnage

J’ai fait récemment l’expérience de faire mourir des personnages, notamment dans le troisième tome de Starlife. En écrivant les quelques paragraphes racontant ces différentes scènes, je me suis demandé plusieurs fois si je faisais bien de les écrire comme ça et pas autrement, s’il était nécessaire de tuer un personnage, mais aussi pourquoi lui et pas un autre… J’ai beaucoup hésité aussi car je craignais de ne pas réussir à faire ressentir au lecteur la peine des autres personnages. Finalement je me suis lancée à cœur ouvert dans l’écriture de ces passages après l’enterrement d’un de mes propres proches pour mettre sur papier à « chaud » ce que j’éprouvais à ce moment-là ; ceci m’a également beaucoup aidé à faire mon deuil.

Bien entendu, je ne compte par attendre le prochain décès dans ma famille pour réitéré l’écriture de ce genre de scène, alors j’ai noté dans mon petit carnet les points que je ne devrais pas oublier la prochaine fois que je voudrais faire mourir un personnage. Je les partage aujourd’hui avec vous.

Faire en sorte que le lecteur aime votre personnage

Si vous voulez que la mort d’un personnage affecte le lecteur, celui-ci doit déjà avoir établi un lien avec lui.

Faire mourir un personnage avant que le lecteur n’ait eu le temps de se connecter avec lui est rarement une bonne idée – peu importe comment cela s’est passé, ou comment les autres personnages réagissent, toute la situation semblera froide au lecteur. Cependant, il y a des exceptions ! Si vous écrivez un roman policier ou si le personnage en question n’a aucun rapport avec quoi que ce soit (par exemple, des personnages de fond sans nom qui meurent au combat), alors vous n’avez pas à vous soucier d’obtenir un lien.

(Petit plus : si votre protagoniste aime un personnage, il est difficile pour le lecteur de ne pas l’aimer aussi !)

Les réactions de vos personnages.

Parfois, la réaction de vos personnages à la mort d’un être cher est plus triste que la mort elle-même. Les réactions des pairs du défunt peuvent, et devraient, compléter la scène. Pensez à la réaction de ses parents à sa mort, de ses frères et sœurs, de son meilleur ami, de son amant … etc.

Faites-le combattre la mort … ou pas !

Imaginez : votre personnage se bat dans la bataille, et il se débrouille bien ; jusqu’à ce qu’il soit pris au dépourvu par un ennemi plus fort. Il essaie de se défendre, en criant à l’aide qui ne vient pas. Faire combattre votre personnage contre ce qui essaie de le tuer est une façon grossière de rendre vos lecteurs plus tristes, sans qu’ils ne s’en rendent compte.

Mais il y a une stratégie encore bien plus déchirante : votre personnage sait qu’il va mourir, et ne se bat pas. Pensez-y.

Donnez-lui une raison de vivre.

Chaque personnage a besoin d’objectifs, il n’y a pas d’exceptions. S’il a une raison valable de continuer à se battre, alors le lecteur peut se connecter davantage avec lui – ce sont les bases de la formation du caractère.

Si vous voulez faire mourir un personnage de façon « satisfaisante et complète », assurez-vous d’abord qu’il a atteint son objectif principal. Mais si vous ressentez le besoin de briser totalement le cœur de votre lecteur (ce que vous souhaitez probablement, si vous avez cliqué sur cet article), laissez cet objectif inachevé. C’est cruel, n’est-ce pas ?

Faites de votre personnage principal le tueur

Alors si vous vous demandez si cela est un indice à propos du troisième tome de Starlife, eh bien sachez que… non ! Enfin, pas vraiment… enfin… je ne sais plus !

En fait, c’est plutôt une idée qui me plait beaucoup et je pense un jour écrire un livre dans lequel mon protagoniste tuera un personnage plus ou moins important.

LIRE AUSSI : Les harengs rouges : L’art de duper et surprendre le lecteur

Je pense que cela donnerait un énorme rebondissement à l’intrigue. On peut aussi le faire pour le développement de certains personnages… Je pense notamment à ma série tv préférée de tous les temps : The Shield (oui ça commence à dater pour ceux qui connaissent).

Si vous en avez jamais entendu parler, c’est une série policière qui sort du commun. Je vous recommande de regarder juste le premier épisode de la saison 1 pour comprendre ce que je veux dire par « énorme rebondissement »… (si vous êtes abonné(e) à Amazon Prime Vidéo, cliquez ICI pour y jeter un œil, sinon rendez-vous en bas de page !)

>> Attention, cette série est extrêmement addictive et vous pourriez bien ronger tous les ongles de vos mains… (et de vos… pieds ?!) en regardant les épisodes à la chaîne ! (si c’est le cas, je ne veux pas être tenue responsable, car je vous aurez prévenus ! )


Merci d’avoir lu ce post ! Maintenant, j’espère que vous êtes inspiré pour aller écrire votre scène « sadique ». 😉

Amazon Prime Vidéo

Si vous le souhaitez, amazon vous propose de tester gratuitement Prime Vidéo pendant 30 jours. Qu’est-ce que Prime Vidéo ? C’est comme Netflix, mais en moins cher ! Ils proposent beaucoup de grands films, mais également un bon nombre de série tv, de dessins animés et autres… Et bien entendu, le fait de tester leur offre ne vous engage pas ! (en suivant ce lien voyez comment bénéficier de l’offre sans avoir le souci de « résilier » avant la date buttoir). Ainsi vous pourrez regarder l’épisode dont je vous parlais plus haut sans déboursez quoi que ce soit.

Sinon, si vous désirez continuer votre abonnement, il vous coûtera 49€/ an (soit environ 4€/mois) et vous bénéficierez d’autres avantages si vous commandez de temps en temps sur Amazon. Evidemment, vous pouvez résilier et être remboursé des mois qui restaient (aucun engagement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *